Une SKODA étirée à la main.

A en croire les petits drapeaux "présidentiels", c'est en république tchèque que l'engin a connu cette étrange mutation de par le chalumeau d'un bricoleur du dimanche associé sans doute à un démolisseur d'épaves, inspiré par les "Cad" ou "Lincoln" limousines des feuilletons US.

Au départ en effet, une de ces Skoda de l'ancien régime dont le détenteur eut envie de faire une sorte de chenille avec des apports prélevés - scie à bras ou tronçonneuse ? - sur d'autres épaves d'époque. Entre le siège avant et l'essieu arrière, il a réussi à greffer, par tranches successives et au prix de frisottantes soudures, quatre fenêtres supplémentaires. L'animal prenant de la longueur et dans doute quelque fléchissement dans l'extension, il a été renforcé par des durcisseurs intérieurs croisés, en tube de chauffage.


pav_skoda.jpg


Le moteur minuscule est resté le même - si loin à l'arrière : il a du falloir rallonger les commandes d' accélérateur, d'embrayage et de boite de vitesses - le poste de conduite accuse son âge indiscutable, les chromes sont boursouflés, l'arrière a bénéficié d'une tablette improvisée sur caisses en bois de récupération, de deux sièges de plus dos à la route et d'un téléviseur type "sixties" à écran jaunâtre et rond où l'on s'attend à voir Nikita parler à l'O.N.U. en tapant sur la table avec sa godasse. Il y a même un toit entrebaillable et à l'arrière une de ces antennes-boomerang des premiers téléphones embarqués.

Quel travail pour un résultat qu'il ne faut voir que de loin car c'est sans maquillage superflu ! Qui sait ce que devait donner cette chrysalide ? Etait-ce un prototype pour chef d'état polygame d'un état soviéto-africain ? Ou pour un prologue d'un film de James Bond d'autrefois ?

C'était avant la mode des rond-points, de toute évidence. Quant aux créneaux, il faut y renoncer définitivement. Sur un engin pareil, les ingénieurs de Panhard auraient certainement installé à l'arrière un poste de conduite inversé comme sur l'E.B.R.

Ceci étant dit, il fallait l'imaginer et, plus encore, le réaliser avec, manifestement, ce que l'on qualifie de "moyens du bord".

Chapeau pour ce travail manuel !