La paix revenue, retour à la vapeur !



Voici une image peu banale qui se situe durant l'année 1946 du côté de Sarrebrück. La guerre est terminée, l'occupation des alliés est en place en territoire allemand, et l'économie se relance tant bien que mal.

Ainsi cette locomotive à vapeur de manœuvre qui n'est pas d'un modèle trop récent a-t-elle été affectée à un nouveau réseau ferré. Pour la déplacer, elle fut chargée sur une plate-forme spécialisée dans les transports exceptionnels, avec ses multiples roues à bandages pleins et des essieux pouvant être directionnels. Et pour remuer le tout, il fut fait appel à l'armée d'occupation dont on voit un capitaine français en tenue de sortie surveillant les opérations en présence de quelques rares curieux.

C'est donc un vétéran de la campagne d'Afrique qui fut affecté à la traction. Et pas n'importe lequel, une machine du début de guerre, un M3A3 "Lee" - ou "Grant" selon ses utilisateurs français ou anglais. La base sera reprise en nombre par la suite pour le Sherman dont elle a déjà le train de roulement, mais la physionomie date visiblement : un petit canon en tourelle, un plus gros en casemate latérale, des blindages rivetés, cela rappelle certains aspects de la première guerre !

Ce char, qui porte encore sur le côté le drapeau consulaire des français durant la campagne d'Italie puis de Rhin et Danube, a donc fait beaucoup de chemin avant d'être "déménageur de loco", il lui reste de ses campagnes quatre galets de rechange disséminés sur sa coque, mais il ne les usera sans doute pas. Matériel déjà obsolète pour les américains qui les avaient généreusement refilés aux alliés en Afrique du Nord pour préférer leur production plus moderne de Shermans à essence, cette machine était en effet propulsée par deux moteurs GM - Grey-Marine, et non General Motors, ne pas confondre - qui étaient des diesels deux temps boudés par l'US-Army qui n'avait pas de mécaniciens de marine pour la maintenance de ces moteurs de bateau !

Le convoi hétéroclite avançait avec précaution sur les pavés glissants, et une équipe
était dotée de perches pour surélever les lignes téléphoniques au passage de la cheminée vapeur. Pour l'anecdote des raccourcis involontaires de l'histoire : le char M3 fut construit par l'usine américaine …"Baldwin Locomotive" !

Jean Pierre Dardinier.