Circulation et interdictions, restrictions, dérogations.


Si vous participez à une manifestation un dimanche, un jour férié, n'oubliez pas les textes de référence autorisant la circulation de poids lourds. Cela vous fera gagner du temps - en négociation avec la maréchaussée - et éventuellement de l'argent.

Tout d'abord sous le terme générique de poids lourds, sachez qu'il vous faut entendre les véhicules de transport de marchandises- objets destinés à la vente - ou les véhicules de transport de matériels - objets destinés à l'emploi - dont le poids total autorisé en charge est supérieur à 3,5 tonnes.

Quant aux textes, ceux-ci ayant changé récemment, voici un petit rappel de la réglementation et des documents :

le premier, ci-après, émane d'une circulaire du ministère des transports de 1984 qui reconnaît que nos véhicules militaires sont des véhicules de collection et de ce fait ne peuvent être assimilés à des poids lourds. Ils peuvent donc circuler.

Ministère des Transports
Direction de la Sécurité et de la Circulation routière - 15.03.84.

Monsieur le Président,

Par lettre en date du 21 octobre 1983 vous exposez à Monsieur le Ministre des Transports, les difficultés que vous rencontrez auprès des forces de l'ordre lorsque vous faites circuler du matériel militaire datant de la seconde guerre mondiale les fins de semaine.

Vous faites référence dans votre correspondance à l'arrêté du
27 décembre 1974 qui interdit la circulation des véhicules poids lourds de marchandises de plus de 6 tonnes de P.T.A.C. les fins de semaine.

Après consultation du Ministère de la Défense, il s'avère que des véhicules militaires appartenant à des particuliers ou à des groupements de particuliers ne sont pas considérés comme des véhicules militaires au regard de la réglementation mais comme des véhicules de collection.

L'arrêté ministériel du 27 décembre 1974 qui interdit la circulation des véhicules effectuant des transports de marchandises en fin de semaine et les jours fériés ne saurait leur être appliqué.

II conviendrait que vous-même ainsi que les adhérents de votre association détiennent une copie de la présente lettre d'autorisation de circuler afin de la présenter le cas échéant aux personnels de la police et de la gendarmerie nationale chargés d'effectuer des contrôles.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments distingués.

L'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées : C. Hossard

 

Le second. Le code de la route prévoit des interdictions et restrictions de circulation. Elles sont envisagées par l'article R411-18 qui est précisé par un arrêté.

Cet arrêté - du 28 mars 2006 relatif à l'interdiction de circulation des véhicules de transport de marchandises à certaines périodes, journal officiel du 5 avril 2006 - définit en son article 4, §3a, les dérogations à titre permanent :

Art. 4. - 3a De véhicules en charge indispensables à l'installation de manifestations économiques, sportives, culturelles, éducatives ou politiques régulièrement autorisées, sous réserve que la manifestation justifiant le déplacement se déroule le jour même ou le lendemain au plus tard de ce déplacement. […]

Pour l'ensemble des véhicules bénéficiant de la dérogation à titre permanent, la circulation à vide est autorisée dans la zone limitée à la région du dernier point de déchargement et ses départements limitrophes ou à la région du dernier point de déchargement et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.

Pour les véhicules visés aux points 3o, 6o et 7o, la circulation en charge est autorisée à l'issue respectivement de la manifestation et de la vente dans la zone limitée à la région du lieu de la manifestation ou de la vente et ses départements limitrophes ou à la région du lieu de la manifestation ou de la vente et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.

Sauf dispositions contraires, pour l'application des dispositions du présent article, la région d'origine est la région de départ du véhicule - ou d'entrée en France - pour l'opération concernée.

Art. 9. - Conditions d'utilisation des dérogations.
Pour tout véhicule se déplaçant au bénéfice d'une dérogation permanente ou d'une dérogation préfectorale individuelle de courte ou de longue durée, le responsable du véhicule doit pouvoir justifier auprès des agents du contrôle routier de la conformité du transport effectué aux dispositions de la dérogation concernée.

———————————————————————

Ainsi, dans tous les cas de figures, ayez avec vous :

- les références des arrêtés,
- la note d'organisation de la manifestation à laquelle vous vous rendez, signée soit par le maire, soit par votre président de club,
- la note F.F.V.E. du 2 Février 2005 diffusée aux présidents de la F.F. M.V.C.G., note qui indique que les P.L. "de collection" sont exempts de contrôle technique.

 

Ceci est également valable dans le cadre du S.I.V., nouveau Système d'Immatriculation des véhicules.

CODE DE LA ROUTE
(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

Section 3 : Interdictions et restrictions de circulation


Article R411-18


Le préfet peut interdire temporairement la circulation d'une ou plusieurs catégories de véhicules sur certaines portions du réseau routier.

Des arrêtés du ministre de l'intérieur et du ministre chargé des transports peuvent interdire la circulation d'une ou plusieurs catégories de véhicules durant certaines périodes, certains jours ou certaines heures sur tout ou partie du réseau routier.

Des arrêtés pris dans les mêmes conditions peuvent interdire ou réglementer la circulation des véhicules transportant des matières dangereuses.

Les dispositions prises en application du présent article ne sont applicables ni aux convois et transports militaires ni aux véhicules des unités d'instruction et d'intervention de la sécurité civile, qui font l'objet de règles particulières.

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux interdictions ou restrictions de circulation temporaires mentionnées au présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

L'immobilisation du véhicule peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.

———————————————————————

Décrets, arrêtés, circulaires


TEXTES GÉNÉRAUX

MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L’ÉQUIPEMENT,
DU TOURISME ET DE LA MER

Arrêté du 28 mars 2006 relatif à l’interdiction de circulation des véhicules
de transport de marchandises à certaines périodes


NOR : EQUT0600302A


     Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, et le ministre des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer,

     Vu le code de la route, et notamment l’article R. 411-18 ;
     Vu l’arrêté du 1er juin 2001 modifié relatif au transport de marchandises dangereuses par route (dit « arrêté ADR ») ;
     Vu les modèles de formulaires annexés à l’arrêté du 22 décembre 1994 modifié relatif à l’interdiction de circulation des véhicules de transport de marchandises dont le poids total autorisé en charge est supérieur à 7,5 tonnes, publiés au Bulletin officiel du ministère de l’équipement, des transports et du tourisme no 95-3 en date du 10 février 1995,

Arrêtent :

Art. 1er. - Interdiction générale.

     La circulation des véhicules ou ensembles de véhicules de plus de 7,5 tonnes de poids total autorisé en charge affectés aux transports routiers de marchandises, à l’exclusion des véhicules spécialisés et des véhicules et matériels agricoles tels que définis à l’annexe II du présent arrêté, est interdite sur l’ensemble du réseau les samedis et veilles de jours fériés à partir de 22 heures jusqu’à 22 heures les dimanches et jours fériés.

Art. 2. - Interdictions complémentaires.

     La circulation des véhicules ou ensembles de véhicules de plus de 7,5 tonnes de poids total autorisé en charge affectés aux transports routiers de marchandises, à l’exclusion des véhicules spécialisés et des véhicules et matériels agricoles, est interdite :

     I. - En période estivale, sur l’ensemble du réseau, durant cinq samedis de 7 heures à 19 heures puis de 0 heure jusqu’à 22 heures le dimanche. La circulation est autorisée de 19 heures à 24 heures les samedis concernés.

     Il. – En période hivernale, sur le réseau « Rhône-Alpes », pendant quatre samedis de 7 heures à 18 heures ainsi que de 22 heures jusqu’à 24 heures puis de 0 heure jusqu’à 22 heures le dimanche. La circulation est autorisée de 18 heures à 22 heures les samedis concernés.
     Un arrêté du ministre chargé de l’intérieur et du ministre chargé des transports précise pour chaque année ces dates d’interdiction de la circulation ainsi que les sections concernées du réseau « Rhône-Alpes ».

Art. 3. - Dispositions applicables à certaines sections autoroutières d’Ile-de-France.

     Les dispositions prévues aux articles 1er et 2 du présent arrêté sont complétées par une réglementation particulière précisée aux points I et II ci-dessous.

I. - Cette réglementation particulière concerne les sections autoroutières suivantes :

– les autoroutes A 6 a et A 6 b du boulevard périphérique de Paris à leur raccordement avec les autoroutes A 6 et A 10 (commune de Wissous) ;
– l’autoroute A 106, de son raccordement avec l’autoroute A 6 b jusqu’à l’aéroport d’Orly ;
– l’autoroute A 6, de son raccordement avec A 6 a et A 6 b jusqu’à son raccordement avec la RN 104-Est (commune de Lisses) ;
– l’autoroute A 10, de son raccordement avec A 6 a et A 6 b jusqu’à la RN 20 (commune de Champlan) ;
– l’autoroute A 13, du boulevard périphérique de Paris jusqu’à l’échangeur de Poissy-Orgeval (commune d’Orgeval) ;
– l’autoroute A 12, de son raccordement avec l’autoroute A 13 (triangle de Rocquencourt) jusqu’à la RN 10 (commune de Montigny-le-Bretonneux).

II. – Sur les sections autoroutières définies au I ci-dessus, la circulation des véhicules ou ensembles de véhicules de plus de 7,5 tonnes de poids total autorisé en charge affectés aux transports routiers de marchandises, à l’exclusion des véhicules spécialisés et des véhicules et matériels agricoles, est interdite :

a) Dans le sens Paris-province :

– les vendredis, de 16 heures à 21 heures ;
– les veilles de jours fériés, de 16 heures à 22 heures ;
– les samedis, de 10 heures à 18 heures ;
– les dimanches ou jours fériés, de 22 heures à 24 heures.

b) Dans le sens province-Paris :

– les dimanches ou jours fériés, de 22 heures à 24 heures ;
– les lundis ou lendemains de jours fériés, de 6 heures à 10 heures.

Les dérogations prévues aux articles 4, 5 et 6 ne s’appliquent pas au présent article.

Art. 4. - Dérogations à titre permanent.

     Des dérogations aux interdictions prévues aux articles 1er et 2 du présent arrêté, dites dérogations à titre permanent, n’ayant pas à faire l’objet d’une autorisation spéciale, permettent les déplacements :

     1o De véhicules transportant exclusivement des animaux vivants, des denrées ou produits périssables, sous réserve que la quantité d’animaux, de denrées ou de produits périssables transportés soit au moins égale à la moitié de la charge utile du véhicule ou occupe au moins la moitié de la surface ou du volume utile de chargement du véhicule. En cas de livraisons multiples, ces conditions de chargement minimal ne sont pas requises au-delà du premier point de livraison si les autres livraisons ont lieu dans la zone limitée à la région d’origine du premier point de livraison et ses départements limitrophes ou la région d’origine du premier point de livraison et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.

     Les véhicules visés ci-dessus ne sont pas soumis aux conditions de chargement minimal et peuvent circuler à vide si leurs déplacements consistent en des opérations de collecte, telle que définie à l’annexe II du présent arrêté, limitées à une zone constituée par la région d’origine et ses départements limitrophes ou la région
d’origine et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.

     Les véhicules transportant des chevaux de course ne sont pas soumis aux conditions de chargement minimal.

     Les véhicules ayant servi au transport de pigeons voyageurs sont autorisés à circuler à vide sur l’ensemble du réseau.

     La liste des denrées ou produits périssables est fixée dans l’annexe I du présent arrêté.

     2o a) De véhicules qui assurent, pendant la durée des récoltes, la collecte et le transport des produits agricoles tels que définis à l’annexe II du présent arrêté, du lieu de récolte tel que défini à l’annexe II du présent arrêté au lieu de stockage, de conditionnement, de traitement ou de transformation de ces produits, dans la zone constituée par la région d’origine et ses départements limitrophes ou la région d’origine et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres ;

     b) De véhicules acheminant, durant la période de la campagne betteravière, des pulpes de betteraves des usines de traitement vers les lieux de stockage ou d’utilisation. Ces véhicules ne pourront pas emprunter le réseau autoroutier.

     3o a) De véhicules en charge indispensables à l’installation de manifestations économiques, sportives, culturelles, éducatives ou politiques régulièrement autorisées, sous réserve que la manifestation justifiant le déplacement se déroule le jour même ou le lendemain au plus tard de ce déplacement ;

     b) De véhicules transportant des artifices de divertissement en vue d’un tir régulièrement autorisé le jour même ou le lendemain ;

     c) De véhicules transportant des hydrocarbures gazeux en mélange liquéfié, NSA, no ONU 1965 ou de produits pétroliers ayant pour nos ONU 1202, 1203, 1223 nécessaires au déroulement de compétitions sportives régulièrement autorisées, sous réserve que la manifestation justifiant le déplacement se déroule le jour même ou le lendemain au plus tard de ce déplacement.

     4o De véhicules transportant exclusivement la presse.

     5o De véhicules effectuant des déménagements de bureaux ou d’usines en milieu urbain.

     6o De véhicules spécialement agencés pour la vente ambulante des produits transportés, à l’intérieur d’une zone constituée par la région d’origine et ses départements limitrophes ou la région d’origine et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.

     7o De véhicules de commerçants pour la vente de leurs produits dans les foires ou les marchés, à l’intérieur d’une zone constituée par la région d’origine et ses départements limitrophes ou la région d’origine et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.

     8o De véhicules utilisés pour effectuer des transports de fret aérien camionné sous couvert d’une lettre de transport aérien.

     9o De véhicules de transport de déchets hospitaliers et de marchandises nécessaires au fonctionnement des établissements hospitaliers.

     10o De véhicules de transport de gaz médicaux.

     11o De véhicules transportant des appareils de radiographie gamma industrielle.
     Pour l’ensemble des véhicules bénéficiant de la dérogation à titre permanent, la circulation à vide est autorisée dans la zone limitée à la région du dernier point de déchargement et ses départements limitrophes ou à la région du dernier point de déchargement et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.
     Pour les véhicules visés aux points 3o, 6o et 7o, la circulation en charge est autorisée à l’issue respectivement de la manifestation et de la vente dans la zone limitée à la région du lieu de la manifestation ou de la vente et ses départements limitrophes ou à la région du lieu de la manifestation ou de la vente et ses régions limitrophes dans la limite de 150 kilomètres.
     Sauf dispositions contraires, pour l’application des dispositions du présent article, la région d’origine est la région de départ du véhicule (ou d’entrée en France) pour l’opération concernée.

Art. 5. - Dérogations de courte durée.

     Des dérogations aux interdictions prévues aux articles 1er et 2 du présent arrêté, dites dérogations préfectorales individuelles de courte durée, peuvent être consenties pour les déplacements :

     1o De véhicules qui assurent un transport jugé indispensable et urgent, notamment ceux qui assurent un transport de marchandises pour répondre à des besoins suite à des circonstances exceptionnelles telles que sécheresse, inondation, catastrophe naturelle ou humanitaire.

     2o De véhicules qui assurent le transport de déchets pour l’évacuation des déchetteries et des abattoirs.

     3o De véhicules qui assurent l’approvisionnement en linge propre et l’évacuation du linge sale des structures hôtelières d’une capacité cumulée de 1 000 chambres et plus.

     4o De véhicules citernes destinés à l’approvisionnement :

     a) Des stations-service implantées le long des autoroutes ;

     b) Des aéroports en carburant avion.

     5o De véhicules assurant des transports de marchandises dangereuses destinées à des chargements ou provenant de déchargements urgents dans les ports maritimes.

     Les autorisations de circulation correspondantes sont délivrées par le préfet du département du lieu de départ pour une période au plus égale à la période d’interdiction pour laquelle les dérogations sont demandées.

     Pour les transports en provenance de l’étranger, cette autorisation est délivrée par le préfet du département d’entrée en France.

Art. 6. - Dérogations de longue durée.

     Des dérogations aux interdictions prévues aux articles 1er et 2 du présent arrêté, dites dérogations préfectorales individuelles de longue durée, peuvent être consenties pour les déplacements :

     1o De véhicules de transport de marchandises nécessaires au fonctionnement en service continu de certains services ou unités de production. Lorsqu’elles concernent des transports de marchandises dangereuses, ces autorisations ne peuvent être délivrées qu’après avis de la commission interministérielle du transport des marchandises dangereuses.

     2o De véhicules destinés à contribuer à l’exécution de services publics ou de services d’urgence afin de répondre à des besoins collectifs immédiats.

     Les autorisations de circulation relatives aux transports visés au 1o ci-dessus sont délivrées par le préfet du département du lieu de chargement des véhicules (ou du département d’entrée en France) après consultation du préfet de département du lieu de destination de ces véhicules (ou du département de sortie de France).

     Les autorisations de circulation relatives aux transports visés au 2o ci-dessus sont délivrées par le préfet du département du lieu de départ des véhicules.

     Les autorisations de circulation de longue durée sont délivrées pour une période maximale d’un an.

Art. 7. - Levée d’interdiction - cas des départements frontaliers.

     Les préfets de départements frontaliers ont la possibilité, afin d’atténuer les conséquences de l’absence d’harmonisation des interdictions de circulation avec les Etats frontaliers, de déroger aux interdictions de circuler prévues aux articles 1er et 2 du présent arrêté.

Art. 8. - Levée d’interdiction - cas des circonstances exceptionnelles.

     En cas de circonstances exceptionnelles, si les véhicules visés à l’article 1er du présent arrêté ont été immobilisés au cours des douze heures précédant le début d’une période d’interdiction fixée par les articles 1er, 2 ou 3 du présent arrêté, les préfets de département peuvent, en coordination avec les préfets de zone de défense et les préfets des départements limitrophes, les autoriser par arrêté à circuler pendant tout ou partie de cette période d’interdiction sur une zone déterminée.

Art. 9. - Conditions d’utilisation des dérogations.

     Pour tout véhicule se déplaçant au bénéfice d’une dérogation permanente ou d’une dérogation préfectorale individuelle de courte ou de longue durée, le responsable du véhicule doit pouvoir justifier auprès des agents du contrôle routier de la conformité du transport effectué aux dispositions de la dérogation concernée.

     L’autorisation de circulation de courte durée visée à l’article 5 du présent arrêté et l’autorisation de circulation de longue durée visée à l’article 6 du présent arrêté sont conformes à des modèles de formulaires qui feront l’objet d’un arrêté particulier et seront publiés au Bulletin officiel du ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer. Dans l’attente de cette publication, les modèles de formulaires annexés à l’arrêté du 22 décembre 1994 modifié et publiés au Bulletin officiel du ministère de l’équipement, des transports et du tourisme no 95-3 en date du 10 février 1995 demeurent utilisables.

     L’autorisation de circulation doit se trouver à bord du véhicule.
     Pour être valable, l’autorisation doit être obligatoirement complétée par son titulaire avant le départ du véhicule, en indiquant la date du déplacement et le numéro d’immatriculation du véhicule.

     Les autorisations de circulation peuvent être retirées par l’autorité délivrante lorsque le titulaire de ces autorisations n’a pas respecté les conditions auxquelles leur utilisation était soumise ou a fourni des informations erronées en vue de leur délivrance.

Art. 10. - Durant les périodes d’interdiction de circulation définies aux articles 1er et 2 du présent arrêté, le service de permanence mis en place dans chaque préfecture peut procéder à l’établissement des autorisations individuelles de courte durée.

Art. 11.
- L’arrêté du 10 janvier 1974 modifié relatif à l’interdiction de circulation des véhicules de transport de matières dangereuses est abrogé.

     L’arrêté du 22 décembre 1994 modifié relatif à l’interdiction de circulation des véhicules de transport de marchandises est abrogé.

     L’arrêté du 30 décembre 1980 modifié relatif à l’interdiction de circulation des véhicules de transport de marchandises et de matières dangereuses sur certaines sections autoroutières de la région Ile-de-France est abrogé.

Art. 12. - Les dispositions du présent arrêté entreront en vigueur le 10 avril 2006.

Art. 13. - Le directeur des libertés publiques et des affaires juridiques au ministère de l’intérieur et de l’aménagement du territoire et le directeur des transports maritimes, routiers et fluviaux au ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Fait à Paris, le 28 mars 2006.

Le ministre des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer,
Pour le ministre et par délégation :
Par empêchement du directeur général
de la mer et des transports :
Le directeur des transports maritimes,
routiers et fluviaux,

P.-A. ROCHE








Le ministre d’Etat,
ministre de l’intérieur
et de l’aménagement du territoire,

Pour le ministre et par délégation :
Le directeur des libertés publiques
et des affaires juridiques,

S. FRATACCI










A N N E X E I

LISTE DES DENRÉES OU PRODUITS PÉRISSABLES


     Pour l’application de l’alinéa 1o de l’article 4 du présent arrêté, sont considérés comme denrées ou produits périssables :

1. Les denrées altérables ou non stables à température ambiante suivantes :

– oeufs en coquille ;
– poissons, crustacés et coquillages vivants ;
– toute denrée dont la conservation exige qu’elle soit réfrigérée, toute denrée congelée ou surgelée, et notamment les produits carnés, les produits de la pêche, les laits et produits laitiers, les ovoproduits et produits à base d’oeufs, les levures, les produits végétaux y compris les jus de fruits réfrigérés et les végétaux crus découpés prêts à l’emploi ;
– toute denrée qui doit être obligatoirement maintenue en liaison chaude.

2. Les produits périssables particuliers suivants :

– fruits et légumes frais dont les pommes de terre, les oignons et les aulx ;
– fleurs coupées, plantes et fleurs en pots ;
– miel ;
– cadavres d’animaux.

A N N E X E I I

DÉFINITIONS


     Véhicules spécialisés : il s’agit des véhicules spécialisés non affectés au transport de marchandises dont le genre figurant sur le certificat d’immatriculation est VASP (véhicule automoteur spécialisé), SRSP (semiremorque spécialisée) ou RESP (remorque spécialisée).

      C’est le cas par exemple des cars régies et des véhicules aménagés en relais de transmission.

      Véhicules et matériels agricoles : il s’agit des véhicules agricoles dont le genre figurant sur le certificat d’immatriculation est TRA (tracteur agricole), REA (remorque agricole), SREA (semi-remorque agricole), MAGA (machine agricole automotrice) et MIAR (machine et instrument agricole remorqué).

      C’est le cas par exemple des tracteurs forestiers ou des chenilles.

      Collecte : il s’agit du déplacement régulier ou ponctuel d’un véhicule afin de charger des marchandises dans au moins un point de chargement.

      Lieu de récolte : il s’agit du lieu où les produits agricoles ont été récoltés ainsi que du lieu de stockage temporaire des produits récoltés, que ce dernier se situe sur le domaine de l’exploitant agricole ou sur des sites de proximité.

      Produits agricoles : il s’agit de l’ensemble des produits cultivés sur le domaine des exploitants agricoles, céréales et pailles comprises.

———————————————————————

Le 07 septembre 2009